Jolie fratrie // Elliot & Maël

Virginie est la maman de Elliot et Maël. Elle nous parle des prénoms de ses deux petites étoiles qui sont venues illuminer sa vie après une période difficile. Un premier garçon dont le prénom lui a donné la force de se battre contre la maladie, puis très rapidement un second fils dont le prénom évoque la douceur. Virginie nous offre un témoignage particulièrement beau et touchant.

Elliot, Timothée, Paul

« Quand je rencontre mon mari, je suis sous traitement. Je souffre d’un cancer du sein qui laisse peu de chance à la fertilité. Et puis notre rencontre me donne une force que je ne me connaissais pas. Un soir, un peu plus fatiguée et découragée que les autres, mon mari m’emmène en voyage dans le futur. Il me parle d’un petit garçon qui serait le nôtre et quand je lui demande son prénom en souriant il me répond Elliot. J’aime les prénoms anciens et classiques mais ce prénom-là m’a donné l’envie de continuer. Quand nous avons découvert quelques années plus tard que j’étais enceinte, son prénom était tout trouvé.

Tout comme moi, mon mari a été élevé en grande partie par sa grand-mère et nous voulions qu’Elliot porte un peu de chacune d’elles. Ma grand-mère fredonnait souvent une chanson dont les paroles parlaient d’un petit Timothée très aventureux. La musique prenait une grande place dans sa vie ; Timothée sera donc le second prénom d’Elliott. Georgette, ma belle grand-mère, aimait la littérature, et en particulier Paul Eluard. Ce sera donc le troisième prénom d’Elliot. »

Maël, Louis, Noël

« Quatre mois après la naissance de notre premier enfant, je suis à nouveau enceinte et j’ai besoin de savoir qui se cache dans mon ventre pour mieux réaliser. Nous avons une idée pour une petite fille. Nous aimons la nature et les fleurs… elle s’appellera Capucine.

Mais c’est un petit bonhomme que nous attendons. Alors la valse des prénoms commence. J’aime Lubin, Arthur, Antoine, Gaspard, Maxence. Et mon mari aime aussi beaucoup Arthur. Deux mois avant la naissance de notre enfant, le fils de ma meilleure amie vient au monde. Il s’appelle Artus. Les sonorités sont trop proches et nous désinvestissons ce prénom. Mais que faire ? Nous réunissons nos envies communes : un prénom doux et court. Mon père vient chez nous déjeuner et nous parle de son périple en Bretagne. Il nous décrit la région comme un endroit sauvage, naturel et doux. Puis il nous parle des fameux bols de petits déjeuners avec de jolis prénoms bretons : Erwann, Gwenaël, Alric et… Maël. Nous nous regardons en nous faisant un petit clin d’oeil. Notre fils s’appellera Maël. 

Mon grand-père maternel était fort, courageux, vaillant et il croyait toujours en sa famille. Il s’appelait Louis. Mon grand-père paternel était rêveur, dessinateur et avait le Coeur dans les étoiles. Il s’appelait Noël. Notre fils aime dire qu’il s’appelle Maël Louis Papa Noël et cela nous fait toujours sourire… »

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Aloïs & Léonor

Ombeline est la maman de deux petits gars aux prénoms rares et raffinés, Aloïs et Léonor. Des prénoms originaux mais non inventés, et dont la graphie reflète les caractères de ces beaux beaux enfants. De jolies idées à piocher pour les parents à la recherche de prénoms peu courants !

Aloïs, Henri, Martin

« Petite présentation, j’ai 33ans et je m’appelle Ombeline (ma mère a rêvé de ce prénom pendant sa grossesse et hop dans le mile, à la mairie mon père a dû ramener un dossier de preuve d’existence du prénom, qu’il existait bien une sainte Ombeline etc 😃). Je n’ai jamais été complexée par mon prénom peu courant, pourtant très timide enfant, j’ai toujours été fière de mon prénom « bizarre », merci maman ! Aussi c’était évident que mes enfants auraient de beaux prénoms peu courants, mais surtout pas inventés, je voulais des prénoms ayant une histoire, une âme, un saint. Pourquoi ? Aucune idée mais c’était essentiel. Et bien sûr c’est une décision de parents, alors pas un mot à la famille ! ;)

Durant mes études, je croise une maman qui somme son petit Léandre de se dépêcher. Je pourrais encore le décrire comme si c’était hier ce petit garçon tellement j’ai « buggé » à ce moment-là. J’avais 18 ans, n’étais pas encore en couple mais si j’avais un jour un fils il s’appellerait Léandre !

Enceinte de mon premier garçon, nous commençons à chercher, je bloque sur Léandre de suite, mais mon conjoint n’est pas fan. Il aime Camille. Je propose Cassandre (histoire de mélanger les sonorités des deux prénoms mais mon conjoint a peur de la version féminine bien plus répandue, une question qui nous suivra 4 ans plus tard encore…). Un jour je propose Aloïs, je sais que je l’ai en tête très longtemps mais ne me souviens plus d’où, le papa aime bien. S’en suivent des mois d’hésitation entre Léandre et Aloïs, quand l’un tranche pour L., l’autre préfère A. et vice versa. Léandre me tient vraiment à coeur, j’ai peur de louper ma chance si on ne le donne pas de suite, qu’il sorte dans les naissances de l’entourage mais Aloïs me plait vraiment aussi. Bref, on tourne en rond, à un mois d’accoucher on lâche l’affaire : on verra à sa bouille !

Notre bébé vient au monde une nuit de janvier, sans prénom pré-écrit sur son étiquette de berceau donc… Pendant 3h notre fils ne s’appelle pas, on a même oublié qu’il lui fallait un prénom tellement nous étions sur notre nuage. Puis au moment d’appeler la famille pour annoncer la naissance, nous nous rendons compte que nous n’avons pas choisi ! Alors nous le regardons et c’est unanime, il a une bouille de coquin fripon, un bouille d’Aloïs, pas de Léandre !

Aloïs a aujourd’hui 5 ans et il ne porterait pas mieux n’importe quel autre prénom. Il aime écrire son prénom parce que lui seul dans sa classe possède un « i » avec 2 points dessus ! Le prénom a surpris les plus jeunes, a conquit ma mère, et ravi les arrières-grands-parents car de leur génération. C’est un vieux prénom d’origine allemande, on a même un moment hésité à garder l’écriture allemande Aloys et puis non. »

Léonor, Pierre, Albert

« Nous voici rendu 4 ans plus tard, second garçon en préparation. Léandre n’est plus en shortlist, nous sommes d’accord avec le papa là-dessus, pas qu’il ait été donné dans l’entourage, mais parce qu’il fait partie de l’histoire de notre ainé. C’est donc reparti pour une recherche mais les choses se corsent, les vieux prénoms deviennent « mode ». J’adore Roméo, papa rejette en bloc. J’aime Siméon, papa le trouve pas fini, et puis Robinson. Papa le trouve trop long mais pourquoi pas. Je veux un prénom qui « chante » mais de façon douce et fluide, je sens que mon bébé est un bébé apaisé, bien différent de sa canaille de frère.

En vacances chez une cousine enceinte également qui cherche LE prénom de son futur garçon, nous cherchons ensemble des idées, livres, internet etc. Je tombe sur Léonor, coup de foudre immédiat, j’en parle au papa, ça lui plaît alléluia !! Ok on en revient à la problématique du prénom dit mixte, on fait nos recherches, il est bien plus répandu au féminin avec ses origines espagnoles, mais en France au 17ème les Léonor étaient ducs, archevêques, seigneurs, architectes. Il existe un saint, une légende, une histoire, ça chante comme je veux, c’est parfait !

Ça aurait été tellement simple d’en rester là mais non… Avec l’expérience du premier on s’inquiète : il nous faut deux prénoms pour choisir à sa bouille, on ne peut pas choisir un seul prénom, et si ça ne lui allait pas ?  Non non on est pas compliqué nous… Du coup on gardera Léonor et Robinson jusqu’à la naissance, s’il nait un vendredi ce sera certainement Robinson ;), sinon on verra.

31 décembre… notre bébé tout calme déboule comme une tornade, pas le temps de dire ouf mais c’est bien un petit Léonor, pas de doute !

A l’annonce de la naissance et du prénom, ma mère toujours totalement fan :D beaucoup de gens surpris, on s’y attendait mais on s’en fiche. Tout le monde s’y est fait, aujourd’hui Léonor est un beau petit père de 20 mois, son prénom est adopté, il est complimenté par certains, provoque toujours la surprise chez les nouvelles connaissances mais il lui va tellement bien !

Nos enfants ont en 2ème et 3ème prénoms ceux de leurs arrières et arrières-arrières-grands-parents. Aloïs, Henri, Martin pour mon grand-père (Henri) et la mémé (Marthe) du papa, tous deux décédés juste avant ma grossesse, c’était un hommage évident. Léonor, Pierre, Albert, il porte les prénoms de ses deux arrière-grands-pères encore en vie.

J’aime toujours autant les prénoms de mes enfants, aucun regret, j’aime les dire, les entendre et les trouve beaux écrits, leur visuel reflète vraiment les caractères de mes fils, Léonor est tout en calme, douceur, rondeur comme ses lettres à boucle entrelacées de mêmes hauteurs. Aloïs est changeant, vif, coloré comme ses lettres de toutes formes (boucles, droites, points) et de toutes hauteurs.

Si un jour il y a un 3ème enfant, on restera sur notre lancée de prénoms « étranges » comme nous disent certains, et il possédera certainement un « o », en fait nous avons tous les 4 un « o » dans nos prénoms ! Pas fait exprès on s’en est rendu compte après… »

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Valentin & Douce

Amandine est la maman de Valentin et Douce. Des prénoms choisis comme des évidences grâce à un petit jeu inventé avec son mari. Une jolie idée à retenir pour se mettre d’accord avec sa moitié. Amandine nous raconte…

« Mon mari et moi commençons notre histoire d’amour en juillet 2008. Nous ne nous quittons plus et sommes très fusionnels et très vite nous nous mettons d’accord : nous voulons rapidement des enfants. En juillet 2009, nous avons la belle surprise du test positif. Quoi déjà ?! Dès le deuxième mois d’essai ? Alors là, on est efficace lol… j’ai tout de suite envie de me projeter et de lui trouver son joli  prénom :

Valentin, Bernard, Guillaume

« Je voulais une fille mais tenais absolument à trouver un prénom fille et un prénom garçon alors nous entamons un petit jeu. Nous écrivons les prénoms que nous aimons sur une ardoise, et si l’un des prénoms ne convient pas on a le droit de le barrer mais avec obligation d’en proposer un autre. Je remplis très vite la liste des prénoms pour les filles : Douce (tiens, tiens…) en sachant à 100 pour cent que papa ne voudra jamais (si j’avais su !) Lou, Jade, Perle, Linoua. Papa part sur Camille, Clémence, Marie, enfin nous ne sommes pas du tout sur le même registre. Et pour le garçon, nous sommes beaucoup moins sérieux et beaucoup moins inspirés. Je propose des Noa, Timeo, Loris et papa des Axel, Louis, Raphaël et un jour je propose Valentin, et cela devient notre coup de coeur… A 5 mois de grossesse, nous apprenons que ce sera un petit garçon et Valentin devient notre évidence. Alitée à 5 mois et demi de grossesse, je crée ce lien avec mon Valentin… qui naîtra finalement à terme.

Aujourd’hui, je me dis que finalement ce prénom lui va à merveille : doux, bienveillant et hypersensible. Un artiste dans l’âme. Il déteste le 14 fevrier car pour ce petit enfant plutôt discret tout le monde pense à lui. Même si cela n’est pas fait exprès je trouve que le joli symbole de la fête des amoureux correspond totalement au couple que nous formons avec son papa.

Bernard et Guillaume sont deux hommages : celui du grand-père de mon mari qui l’aimait beaucoup et moi celui de mon frère parti trop tôt… »

 Douce, Christianne, Valentine

« Alors ce prénom, quelle histoire… Pendant ma première grossesse, je lis un livre de prénoms et tombe sur Douceline et autres prénoms dérivés de « douce ». Il m’interpelle mais je continue ma lecture. Mais ce prénom me reste et je retourne en arrière. Je me dis pourquoi pas… Je le note sur ma petite ardoise en me disant que c’est un prénom beaucoup trop rare et original pour que monsieur aime… En rentrant du travail, je le vois se diriger vers cette petite ardoise et le vois écrire. Je me dis que Douce ne lui plait pas et contre toute attente, il m’avait donné son accord. Je suis folle de joie mais nous apprenons que finalement ce sera un garçon… je dois oublier ce prénom coup de coeur.

Trois ans plus tard, en 2012, pour notre plus grande surprise, un nouveau bébé s’installe dans mon bisou  Chose pas du tout prévue dans notre programme (nous devons nous marier). Peu importe, cet enfant nous le voulons, on décale le mariage… Je ne veux pas connaitre le sexe mais monsieur insiste et nous apprenons rapidement que c’est une fille (nous cachons le sexe à notre entourage pendant toute la grossesse).

Une fille… ce joli prénom coup de coeur me revient. DOUCE. Mais nous doutons. Peut-être trop original, peut-être qu’elle ne supportera pas de le porter alors nous cherchons d’autres prénoms mais rien y fait. Douce ne nous quitte pas… Je décide de peindre les lettres de ce prénom pour le mettre au dessus de son lit. C’est une révélation : ce sera notre Douce. Un point c’est tout.

Le 21 juillet 2012, voilà qu’elle pointe le bout de son nez. Nous allons devoir révéler son prénom et là, beaucoup de gros yeux : c’est la surprise générale ! Mais maintenant les gens n’y pensent plus et trouvent cela plutôt joli. Douce, petite blonde au caractère bien trempé qui n’a pas sa langue dans poche, drôle et inventive…

Christianne est le prénom de son arrière-grand-mère et Valentine le prénom féminin de son grand frère. Si elle avait été un garçon cela aurait été Loris (mais c’est une autre histoire…).

Complices et fusionnels, Valentin et Douce sont des enfants sages et bienveillants et nous nous disons souvent que nous avons de la chance d’avoir des enfants aussi chouettes (forcément ce sont les nôtres, ce sont les meileurs…) nous espérons très vite pouvoir avoir la chance de chercher un troisième prénom pour agrandir notre petite famille… »
Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr